Comment être soi-même ? les 3 étapes concrètes pour ne plus être quelqu’un d’autre que vous-même.

Être soi-même ce n’est pas si facile.

« Soit naturel, soit toi-même tout simplement. » Avez-vous déjà entendu cette phrase ?

Ok, c’est bien joli de vous dire d’être vous-même, mais faut-il encore savoir qui vous-êtes. Vous croyez le savoir… mais le savez-vous vraiment ?

Pas toujours si simple que ça n’y paraît d’être soi-même.

Vivre à côté de soi-même, c’est possible sans vraiment s’en rendre compte.

Laissez-moi vous raconter l’histoire de Noémie. Vous y trouverez peut-être quelques similitudes avec votre vie.

Noémie a suivi gentillement le cursus que d’autres ont établi pour elle. Elle a brillamment réussi ses études. Elle a  rencontré un charmant jeune homme qui plaisait à son entourage proche et elle l’a épousé. Elle a une belle maison dans une banlieue résidentielle cossue. Elle a également 2 beaux enfants et un joli labrador bien dressé.

Tout pour être heureuse. Et pourtant c’est comme s’il lui manquait quelque chose… Mais elle ne sait pas quoi. Elle a l’impression de vivre à côté de sa vie.

Oui, elle a tout pour être heureuse. En plus d’être belle, elle est pétillante, intelligente, pleine d’humour. C’est une professionnelle compétente et reconnue par ses pairs, une maman adorable et une belle-fille exemplaire.

Elle rayonne de bonheur comme une poupée Barbie dans son emballage sous cellophane.

Sa vie est colorée mais tristement lisse.

Au fond de son cœur une petite fille est triste, déçue, et même peut-être un peu en colère. Mais seulement un peu, car une jolie petite fille à sa maman n’est pas souvent triste et surtout jamais en colère.

Mais que s’est-il donc passé pour qu’elle en arrive là ?

Être soi-même, ce n’est pas gagné.

La maman de Noémie voulait que sa fille soit une grande pianiste. Noémie a donc appris à jouer du piano dès l’âge de 3 ans sans que personne ne lui demande si elle aime ça. Depuis, elle continue à prendre des cours de piano. Sa maman est toujours aussi enthousiasmée de la voir en jouer mais elle n’a jamais avoué à sa fille qu’elle a toujours rêvée de devenir une grande pianiste, mais que ses parents l’on inscrit de force à la danse classique.

Noémie n’est jamais devenue une grande pianiste car son père ne voyait pas ça comme un vrai métier.  

Elle a fait des études de droit, et est devenue juriste. C’était le choix de son père qui était avocat. Mais attention. Bien qu’il ne lui est jamais dit clairement, le message implicite était très net : ne surtout par atteindre son niveau à lui. Il n’était pas question qu’elle devienne avocate. Juriste, c’est bien… aux yeux de son père.

Et durant ce joli parcours de bonne élève modèle, elle a oublié que son plaisir lorsqu’elle était une enfant, c’était le dessin.

Elle a laissé sur le bord de son chemin de vie sa passion initiale. Elle ne savait même plus qu’elle existait avant de la redécouvrir récemment. Cette passion avait sombré dans les limbes de ses souvenirs d’enfance. Elle a oublié d’être elle-même. Elle a longtemps vécu à côté de sa vie.

Aujourd’hui la petite fille a grandi et elle a envie d’oser être qui elle est vraiment. Mais au fait ? Qui est-elle vraiment ? 

Et vous ? 

qui êtes-vous vraiment ? Le savez-vous ?

Vous êtes-vous en partie reconnu dans la vie de Noémie ? Vivez-vous, vous aussi, à côté de votre vie ?  

 Avant d’oser être vous-même, il faut déjà que vous sachiez qui vous n’êtes pas.

Fait pas-ci, fait pas ça. Soit comme-ci, soit comme ça !! À force d’entendre vos parents et vos professeurs vous dire comment vous deviez vous comporter lorsque vous étiez enfant, adulte, vous ne savez plus qui vous êtes vraiment.

Savez-vous qui vous êtes vraiment ? Probablement pas. Si c’était le cas, vous ne seriez pas en train de lire ces lignes.

Pour savoir qui vous êtes vraiment, j’ai un truc à vous demander. 

 Ce que je vous demande, c’est de vous déshabiller.

 Oui, vous avez bien lu. Je vous demande de vous mettre à poil.

 C’est une image bien sûr. Vous n’en doutiez pas, n’est-ce pas ?

 Étiez-vous un enfant sage comme une image ? Eh bien,justement, il va vous falloir vous défaire de cette image qui vous colle à la peau. Et pour ça, comme je le disais à l’instant, il faut commencer par vous désaper de ce costume que d’autres ont fait pour vous.

 Ce costume, il n’a pas été fait sur mesure pour vous. Il est trop petit, trop serré. Vous valez mieux que ça… beaucoup mieux. Vous êtes rentré dans un déguisement trop étroit fait par les autres et qui fait de vous une autre personne que celle que vous êtes vraiment.

 Maintenant, il vous reste plus qu’à vous en défaire pour devenir vous-même.

 Je ne veux pas vous décourager, mais je tiens quand même à vous prévenir : être soi-même, ça ne va pas être facile.

 La première étape consiste à définir tout, je dis bien tout, ce que vous avez fait (et que vous faites encore) pour correspondre à ce que les personnes qui vous sont le plus proche et le plus cher attendent de vous.

 Oui, je sais, ce n’est pas simple. Prenez le temps qu’il faut pour y penser… y réfléchir.

 Oui, réfléchissez à l’image que les autres désirent que vous leur renvoyiez.

 Attention : Je ne suis pas en train de vous dire de tout envoyer bouler et de choisir le contre-modèle afin de devenir une personne rebelle, un contre-modèle des attentes des autres vis-à-vis de vous. Ce ne serait que changer de costume sans pour autant être qui vous êtes vraiment.

 Une fois nu, regardez-vous devant la glace et voyez si ce que vous y voyez, correspond vraiment à ce que vous rêvez de devenir.

 Et si vous vous trouvez trop ceci ou trop cela, trop maigre, trop gros, sans assez de poitrine ou avec trop de fesses, dites vous que vous êtes encore à penser à ce que les autres vont aimer chez vous. Là, ce n’est pas vous qui vous regardez nu dans ce miroir, vous vous voyez au travers le regard que vous croyez que les autres portent sur vous.

 Et maintenant, qu’allez-vous faire ? et si vous dansiez ?

 Oser être soi c’est oser danser tout nu sur une musique qui vous plaît.

Vous vous êtes défait de tous les oripeaux que les autres ont cherché à vous faire porter durant des années. Vous savez désormais qui vous n’êtes pas, mais vous ne savez pas encore qui vous êtes.

 C’est la deuxième étape : être soi-même, c’est écouter ce qui vous fait vibrer.

Qu’est-ce que vous aimez faire ?

Il se peut qu’a cette question se présente dans votre cerveau un vide intersidérale… un trou noir, un blanc immaculé (tellement immaculé qu’il en est plus blanc que blanc).

Oui, vous constatez avec horreur que vous ne savez pas ce que vous aimez. Il y a bien des choses que vous croyez aimer, mais vous vous rendez compte que c’est, au final, les goûts des autres.

  • Vous croyez aimer le rock, mais non, c’est plutôt le dada de votre père.
  • Vous pensez que vous aimez vous promener en pleine campagne… Mais en y regardant de plus près, c’est votre meilleure copine qui vous entraine dans sa passion : la randonnée.
  • Vous étiez persuadé d’être une personne amoureuse de pâtisseries, mais au final c’est pour faire plaisir à votre grand-mère qui était pâtissière que vous faites des gâteaux. Elle est tellement fière de vous. Finalement, si vous vous écoutez vraiment, vos plats à tartiner resteraient au placard.

En fait, vous ne savez même pas ce que vous aimez au fond de vous. Vous ne savez pas ce qui vous fait vibrer.

Danser, dessiner, écrire, nager, faire du sport, peindre, travailler de vos mains, devenir agricultrice…

Impossible de savoir ce qui vous épanouirait pleinement.

Vos rêves et passions d’enfant, vous les avez laissé sur le bord du chemin de votre vie depuis déjà bien longtemps. Depuis si longtemps que vous ne savez plus ce qui vous ferait vraiment plaisir, vous ne savez plus ce qui vous ferait vraiment vibrer.

Pas de panique. Avant que l’angoisse ne vous envahisse tout le corps laissez-moi vous dire une chose.

Vos passions ne sont pas mortes. Elles sont justes enfouies très profond en vous. Oser être soi, c’est tout d’abord oser ses passions. C’est un peu comme la belle au bois dormant. Soyez le prince (ou la princesse) qui va les embrasser pour les réveiller.

Mais comment réveiller vos passions ?

Pour ça, il vous faut franchir la haie d’épines élaborer par votre gentil entourage d’enfance qui savait mieux que vous ce qui était bon pour vous.

Comment ?

En testant tout simplement.

Faites plein de trucs nouveaux. Testez durant quelque temps différentes activités. Interrogez les gens sur leur métier et écoutez si quelque chose en vous se dit « Ha oui, ça a l’aire bien ça ».

Quand ça vibre quelque part en vous, quand votre enfant intérieur a envie de danser, c’est que vous avez été touché. Écoutez la bien, il ne se trompe jamais.

Maintenant que vous vous êtes mis à nu, que vous avez ôté le costume que les autres ont taillé pour vous, il vous reste une chose à faire : vous rhabiller. Mais pas avec n’importe quoi cette fois. Devenez la couturière de votre vie et suivez votre fil rouge.

Au fil de soi, osez être vous-même.

Vous savez désormais qui vous n’êtes pas. Vous savez aussi ce qui vous fait vibrer, vous passionne et fait danser votre enfant intérieur.

Il vous reste la 3ème étape à franchir pour être la personne que vous êtes vraiment.

Cette étape est loin d’être la plus facile.

Il vous faudra faire preuve de courage et de pugnacité. Beaucoup vous tourneront le dos, car oser être soi-même, c’est aussi accepter de ne pas plaire à tout le monde. Il est même possible que vous traversiez durant un temps un désert relationnel où seul vos plus proches ami(e)s, les vrai(e)s, seront prêts à vous accompagner durant ce périple.

Vous voulez savoir de quoi je parle ?

C’est votre étape de mue. Vous n’allez pas seulement vous défaire du déguisement de la personne parfaite aux yeux des autres et que vous n’êtes plus. Vous allez changer de peau. Et cette période, plus ou moins longue, va vous rendre fragile pour un temps.

Vous serez comme un Bernard l’Hermite sans coquille, vous serez vulnérable.

Car d’une certaine façon vous allez pour la première fois vous montrer nue devant les autres. Je ne parle pas de montrer votre corps sans un carré de tissu, non, je vous parle de vous montrer nue dans le sens d’oser vous montrer tel que vous êtes vraiment devant tout le monde.

Terminer la mascarade. Vous allez dire au monde qui vous entoure ce que vous pensez et agir comme bon vous semble.

Sentez-vous le frison grisant qui vous parcours le dos en lisant ces mots ? À moins que ce frisson ne soit un tremblement de peur.

« Vous craignez de prendre une décision, de changer de travail, de vous lancer dans un projet, de demander une augmentation, de mettre fin à une relation? vous ne vous sentez pas parfaitement épanoui… Le futur vous effraye… »

Tremblez mais osez comme dirait Susan Jeffers.

Osez être vous-même et vous illuminerez le monde de votre lumière. Et croyez-moi, il en a bien besoin.

Le meilleur de qui vous êtes est déjà en vous.

Vous avez lu cet article jusqu’au bout et je vous en félicite. S’il vous a inspiré, tant mieux. S’il vous a enthousiasmé et motivé a devenir la personne que vous êtes vraiment, je ne peux que vous encourager à agir. Vous avez désormais pleinement conscience que vous avez en vous un trésor à apporter au monde. Ce trésor c’est la personne unique que vous êtes.  

Allez-vous faire ce premier pas en et annoncez aux autres ce que vous aimeriez vraiment faire du plus profond de votre cœur ?  Peut-être n’êtes-vous pas encore prête à l’annoncer sur Youtube, mais dites le en commentaire. C’est un tout premier pas facile à faire… le deuxième pas sera beaucoup plus facile, j’en suis sûr.

En partageant cet article sur votre mur Facebook, vos vrai(e)s ami(e)s vous encourageront dans cette démarche d’être vous-même.

Soyez vous-même, c’est ça dont le monde a besoin. Oui, le monde a besoin de personnes, comme vous, vraies et authentiques.

Pascal
 

Mon but, à travers ce blog, est de vous apporter l’équilibre relationnel. C’est quoi ? C’est l’art de vivre en paix avec soi-même pour vivre en paix avec les autres. Le principe est d’être pleinement authentique, c’est-à-dire être qui vous êtes vraiment, tout en respectant chacun (y compris vous-même). Mon intention est de vous aider à avoir une meilleure connaissance de qui vous êtes vraiment pour qu’enfin, vous puissiez vous sentir stable, solide et en paix à l’intérieur de vous. C’est cette paix intérieure qui vous donnera la liberté d’être vous-même, et c’est à partir de cette liberté d’être vous-même que vous développerez avec les autres des relations harmonieuses.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply:

shares