Qui est derrière le blog relationsharmonieuses.com ?  

Pascal Le CossecJe m’appel Pascal Le Cossec et voilà ce que j’écrivais le 11 juin 1995 dans mon journal intime :

« Ce soir, je n’ai pas beaucoup le moral. Encore ! me dirais-tu. C’est vrai qu’à lire ce que j’ai écrit jusqu’à présent, on peut penser que je suis toujours déprimé. Mais ce n’est pas vrai. C’est par cycles très irréguliers. Parfois, j’ai la « pêche » et quelques instants après je me sens démoralisé. Je ne sais pas à quoi c’est dû. Peut-être à un manque de personnalité. Ou tout simplement que je cherche à savoir qui je suis vraiment. C’est comme une sorte de crise d’identité qui dure depuis longtemps, très longtemps. Je ne sais pas qui je suis. Je me cherche constamment. Je suis en manque d’affection. J’ai envie d’aimer et d’être aimé. Mais parfois, je me demande si je suis vraiment capable d’aimer. Je me demande si depuis que je suis enfant, je ne me suis pas construit une espèce de forteresse interne, psychique, pour me protéger du monde extérieur. Mais cette forteresse serait peu à peu devenue pour moi une prison. Une prison qui me fait souffrir »

Jamais je n’aurais pu imaginer à cette époque qu’un un jour j’exposerai ces écrits à la vue de tout le monde. J’avais 22 ans et j’étais atrocement mal dans ma peau.

« Je me posais mille questions et je n’avais pas de réponses. »

Aujourd’hui, plus de 20 ans plus tard, j’ai les réponses.

Ce n’est pas de manque de personnalité dont je souffrais. C’était d’une mauvaise relation avec moi-même. Et cette relation conflictuelle avec moi-même rendait mes relations avec les autres souvent difficiles et compliquées car :

  • J’avais le moral qui faisait le yo-yo en fonction du regard et des remarques des autres.
  • Mon manque d’empathie envers moi-même, qui entraînait une hyperempathie avec les autres, me rendait extrêmement sensible aux émotions des autres. Une vraie éponge à émotions.
  • J’étais extrêmement susceptible. Ne sachant pas gérer les remarques et les reproches des autres, j’avais tendance à fuir dans la solitude ou à me « défendre » par des colères ou des sarcasmes. Ça ne rendait pas mes relations harmonieuses.
  • Je me jugeais, à cette époque, de façon extrêmement sévère. Je me trouvais nul en tout. Mais quand je faisais quelque chose de nouveau, j’exigeais de moi que ce soit parfait du premier coup. Résultat : je ne faisais pas grand chose.
  • J’avais très peur de déplaire aux personnes qui dans une hiérarchie étaient au-dessus de moi, mais aussi de ceux qui, à mes yeux, étaient importants. J’avais une peur terrible du regard des autres. Ma blessure de rejet, sans que j’en sois conscient, était extrêmement vive et souvent activée.

Pas drôle la vie pour moi en ce temps-là.

Heureusement, après des années de tâtonnements et de recherches, les choses ont changé.

Il m’arrive encore d’avoir peur ou de me sentir bloqué par mon hypersensibilité, mais ça va vraiment beaucoup mieux aujourd’hui.

À 22 ans je rêvais de développer une confiance en moi aussi dur que du béton pour réussir tout ce que j’entreprenais avec aisance et sans peur. Connerie !! Je me trompais de chemin et ça a duré plusieurs années.

Aujourd’hui, j’ai développé avec moi-même une relation saine et harmonieuse qui me permet d’avoir avec les autres des relations tranquilles, sereines et apaisées.

Et c’est en développant cette belle relation avec moi-même que j’estime avoir atteint mon but : avoir une confiance en moi discrète, stable et solide.

Je ne me suis pas complètement débarrassé de ma peur du regard et du jugement des autres. mais je sais que lorsque je suis immobilisé dans mes actions par cette émotion qu’est la peur du jugement ce n’est plus un problème. Ma peur, je sais désormais l’accueillir, l’écouter, en prendre soin, pour pouvoir la dépasser et avancer vers là où je veux aller.

Aujourd’hui, je ne me prends plus pour un gland qui rêve de devenir un beau chêne. Je sais que je suis un épi de blé qui plie sous les vents parfois violents de l’existence mais qui jamais ne se brise. Et cette force tranquille je l’ai puisé dans une petite graine que j’ai trouvé au fond de moi-même : la graine de l’amour de soi.

Pour trouver cette petite graine, ce fut un voyage plein d’aventure, de surprise et de plaisir, à la rencontre de moi-même… Et des autres.

Car c’est en osant voyager hors de mon monde intérieur, à la rencontre des autres, en tissant avec eux des relations harmonieuses, que j’ai le plus appris à mieux me connaître et à m’accepter tel que je suis.

Aujourd’hui, j’ai à cœur de partager mon savoir et mon expérience au travers de ce blog.

Mon but, à travers ce blog, est de vous apporter l’équilibre relationnel. C’est quoi ? C’est l’art de vivre en paix avec soi-même pour vivre en paix avec les autres. Le principe est d’être pleinement authentique, c’est-à-dire être qui vous êtes vraiment, tout en respectant chacun (y compris vous-même). Mon intention est de vous aider à avoir une meilleure connaissance de qui vous êtes vraiment pour qu’enfin, vous puissiez vous sentir stable, solide et en paix à l’intérieur de vous. C’est cette paix intérieure qui vous donnera la liberté d’être vous-même, et c’est à partir de cette liberté d’être vous-même que vous développerez avec les autres des relations harmonieuses.

Et le premier pas à faire pour trouver la paix intérieure qui vous apportera la liberté d’être vous-même, c’est de faire taire votre critique intérieur (pour en savoir plus, il vous suffit de cliquer ici). 

Faites (enfin) taire votre critique intérieur.
Formation gratuite
Recevez 24 conseils 100% pratiques pour ne plus vous dévaloriser ni vous sentir moins bien que les autres et ainsi gagner en confiance en vous.


je veux en savoir +