Comment vivre en paix avec soi-même grâce au dialogue intérieur.

Vivre en paix avec soi-même. Ça, c’est un truc que vous aimeriez bien vivre au quotidien. Mais comment vivre en paix avec soi-même ? Existe-t-il un secret, une méthode pour ça ?

La bonne nouvelle, c’est que oui, il existe une façon de procéder pour vivre en paix avec soi-même.

Et tant mieux. Parce que franchement…

Pas facile de trouver la paix en soi quand c’est le bordel dans sa tête.

J’ai une petite question à vous poser : est-ce que des fois vous trouvez que c’est le bordel dans votre tête ?

Du genre…

  • Vous voulez un truc et en même temps vous n’êtes pas sûr de le vouloir.
  • Vous désirez faire quelque chose, mais vous avez peur sans raison logique.
  • Vous avez constamment des difficultés à faire des choix.
  • Vous ne voulez pas faire quelque chose, mais en même temps, vous le faites quand même.
  • Vous savez que vous ne devriez pas faire quelque chose, mais vous le faites quand même.
  • Parfois, vous êtes sur le point de réussir quelque chose, mais au dernier moment vous sabotez tout et échouez.

Vous vous sentez souvent divisé, déchiré… Oui, ce n’est pas toujours facile de vivre avec soi-même. Il n’est pas toujours simple d’être un bon compagnon pour soi.

J’ai connu ça et franchement, c’était vraiment difficile à vivre au quotidien.

Le tiraillement intérieur, c’est quelque chose que vous vivez trop souvent au quotidien.

En vous, c’est une guerre permanente, un conflit incessant, un combat qui ne s’arrête jamais…

Vous avez constamment le cerveau en ébullition.

  • Vous vous posez mille questions à la seconde.
  • Faire un choix est toujours très compliqué.
  • Quand vous prenez une décision, vous vous demandez constamment si vous n’allez pas la regretter par la suite.
  • Vous doutez de tout, tout le temps.
  • Vous trouvez que vous agissez trop souvent en fonction du regard des autres alors que vous aimeriez vous sentir complètement libre de vivre pleinement qui vous êtes vraiment en toute liberté.

Vous vous retrouvez dans l’un de ces cinq points ?

Si vous vous retrouvez dans les 5 points cités plus haut, bienvenu dans le monde des hypersensibles relationnels.

Pour vivre moins souvent ce genre de situations désagréables, je vous suggère de développer votre sérénité intérieure et relationnelle. 

Vous n’êtes pas en train de vivre en paix là.

Bien que vous puissiez sembler calme, posé, tranquille, à l’intérieur de vous, vous vivez une instabilité constante.

Vos pensées fusent comme des éclairs lors d’une nuit d’orage. Elles apparaissent brutalement avec parfois un tonnerre assourdissant dans votre tête. Chaque éclair est accompagné d’une pluie diluvienne d’idées, d’envies, d’intentions… Et à chaque nouvel éclair, c’est la même chose.

Au milieu de ce bordel mental se trouve une haute tour noire du haut de laquelle vous regarde, d’un air dédaigneux, votre critique intérieur. Il vous juge et vous dit constamment que ce que vous faites n’est pas assez bien, que vous devriez faire autrement.

Vous êtes bousculé par ce déluge de pensées, de désirs contradictoires, de jugements intérieurs négatifs… Il vous arrive souvent de ne plus savoir où vous en êtes. Il vous arrive même de ne plus savoir qui vous êtes vraiment.  

Vous surnagez pour ne pas sombrer et vous cherchez un espace stable, chaud et au sec, pour pouvoir enfin vous ressourcer et vous reposer. Et la bonne nouvelle, c’est que ce lieu existe en vous.

Vivre en paix avec soi-même, c’est trouver à l’intérieur de soi un lieu de calme et de sérénité.

J’aime bien comparer le mental à un ouragan. Il y a de petits ouragans (force 1) et des plus dévastateurs (force 5). Mais ils ont tous, peu importe leur force et leur puissance, un point commun : dans l’œil du cyclone se trouve un lieu de paix et de sérénité où ne souffle aucun vent.

Dans votre tête, c’est exactement la même chose. Au centre de vous-même se trouve un lieu où ne souffle aucune pensée négative ni émotion désagréable.

Il existe en vous un espace de calme infini. Ça, vous l’avez sûrement déjà lu (et entendu sur Youtube) des dizaines de fois. Mais si vous n’y avez jamais goûté, vous pouvez finir par croire que c’est une légende.

Au cœur de vous-même, il existe un espace de paix et de tranquillité.

Je suis persuadé qu’au cœur de vous-même, à l’instar de l’ouragan qui compose l’ensemble de vos pensées tumultueuses, il existe un espace de sérénité et de tranquillité.

Comment en suis-je si sûr ? Parce que je l’ai déjà vécu en moi (même si je ne le vis pas tout le temps).

Dans cet espace de vous-même où tout est bienveillant, apaisé, accueillant, sans jugement, tranquille… vous allez y trouver l’amour de soi, la pleine acceptation de la personne que vous êtes et une totale bienveillance pour vous-même.

Ça vous fait vraiment envie et en même temps ça vous semble trop beau… peut-être même impossible. Et pourtant, c’est possible. Mais pour ça, ne vous trompez pas de voie.

Ne faites pas comme moi à cette époque où j’ai cherché à faire le vide dans ma tête. Vous allez découvrir ce que j’en ai tiré comme conclusion.

Pour vivre en paix avec soi-même, il faut arrêter de vouloir arrêter ses pensées.

Vous avez peut-être déjà cherché à arrêter vos pensées ou arrêter le flot de questions que vous vous posez sans cesse, mais vous n’y êtes jamais parvenu. Si ça peut vous rassurer, moi non plus, je n’y suis jamais arrivé.

Pour moi, vouloir arrêter ses pensées, c’est comme se jeter d’un avion sans parachute en se disant que l’on va voler comme ça, simplement par la puissance de sa volonté. Oui, on peut alors croire que l’on est en train de voler alors que l’on est simplement en chute libre (et que cette impression de voler, elle va vite cesser dans quelques secondes lors de l’impact avec le sol).

Non, arrêter ses pensées, c’est impossible.

J’ai essayé et ça ne m’a pas convaincu. Plutôt que de chercher à faire le vide en moi, j’ai préféré écouter ce qui se disait en moi au travers de mes pensées et de mes ressentis corporels.

Si je m’écoutais, je m’entendrais.

Écoutez vos pensées… Qu’est-ce que vous entendez ?

Si vous n’avez pas l’habitude d’écouter ce qui se passe en vous, vous allez probablement me dire que vous n’entendez rien.

Laissez-moi vous raconter une petite histoire.

Lorsque j’étais au collège, mon prof de solfège nous passait parfois la musique d’un orchestre symphonique et il nous demandait de déterminer quels instruments y étaient joués.

Pour moi, impossible de le déterminer. Pourquoi ? Tout simplement parce que je n’avais pas l’oreille suffisamment exercée pour ça.

Pour votre oreille interne, celle qui écoute ce qui se dit dans votre tête, c’est la même chose.

Mais si vous y prêtez attention, avec le temps, et un peu d’efforts, vous allez entendre vos pensées. Et chacune d’entre elles est comme des petites voix dans votre tête. Eh non, vous n’êtes pas dingue. Ce phénomène est complètement normal.

C’est comme s’il y avait plusieurs petits personnages dans votre tête. C’est le principe du dialogue intérieur.

Vous aussi, vous êtes plusieurs dans votre tête ? 

Le truc qui m’a vraiment aidé à vivre en paix avec moi-même, c’est quand j’ai appris que dans ma tête je n’étais pas tout seul.

Non, non, attendez avant de partir. Non, je ne suis pas schizophrène, je ne souffre pas non plus de dédoublement de personnalité.

C’est quand j’ai découvert que le psychisme était composé de plusieurs parties que j’ai enfin goûté à la paix intérieure.

Ce n’est pas moi qui ai inventé le principe du psychisme multiple. Ça a été conceptualisé par des gens très sérieux et mondialement reconnus tels que Freud, Hal et Sidra stones, le Dr Richard Schwartz, mais aussi le psychiatre Eric Berne, Eugene Gendlin, Isabelle Padovani…

Toutes ces méthodes de thérapie de type systémique ont un point commun. Elles partent du postulat que le psychisme est à la fois unique… et multiple.

Pas facile à comprendre, hein ? Je vous explique tout ça.

Du corps physique au corps psychique.

Votre corps est unique. Même si vous avez un sosie dans le monde, en y cherchant de plus près il y aura toujours une différence. Et ce corps que vous avez est composé de différentes parties : vos mains, vos pieds, vos yeux, vos oreilles, votre dos, vos doigts… Bon, vous avez compris.

Pour votre psychisme c’est la même chose. Vous avez un mental qui est unique et qui est lui-même divisé tout comme votre corps en plusieurs parties. En psychologie, ces sous-parties de votre mental sont appelé « part de soi » ou « sous-personnalités ».

Vous ne me croyez pas ? Libre à vous. Mais regarder donc l’image qui suit.

Une image vaut mille mots.

Ça vous est certainement déjà arrivé d’avoir une part de vous qui vous pousse à agir dans un sens et une autre part qui vous tire vers le sens complètement opposé (et de vous sentir partagé entre les deux jusqu’au point de ne plus savoir laquelle écouter).

Il est ici question que de deux parts de vous-même. Mais en vérité, il en existe une multitude.

Combien êtes-vous en vous ?

Selon le schéma moralisateur des religions nous aurions deux instances dominantes en nous : le bien et le mal. Mais c’est selon moi très réducteur.

Freud en a défini trois : le surmoi, le moi et le ça.

Eric Berne qui a conceptualisé l’analyse transactionnelle en a défini un peu plus avec le parent normatif, le parent nourricier, l’adulte, l’enfant libre, l’enfant adapté rebelle et l’enfant adapté soumis.

Et pour aller encore plus loin, les auteurs Sophie Berger et sylvie Elizabeth Loborie ont identifié 18 parties dans leur bouquin les clés du dialogue intérieur pour vivre sans tensions.

À toutes ces parties, on pourrait encore rajouter quelques autres sous-personnalités particulièrement activent tels que votre critique intérieur, votre part d’ombre, votre persona, votre part animal…

Mais…

Êtes-vous prêt à aller à la rencontre des parts mentales qui compose votre psyché ?

Vous êtes prêt à faire un pas de plus et à aller à la rencontre de vous-même pour trouver la paix en vous ? Ne vous inquiétez pas, vous ne craignez rien. La seule chose que vous risquez c’est d’être un peu décontenancé au début.

Aller à la rencontre des parts de soi c’est un peu comme quitter la terre ferme pour monter sur un bateau. Au début ça ballote un peu. Vous pouvez même ressentir une légère nausée proche du mal de mer. Mais au final ça passe très vite et ça ouvre un champ de liberté tout à fait étonnant et vivifiant.

On y va ?

Au cœur de la paix en soi, il y a l’écoute… des parts de soi.

Quand deux parts de vous-même ne s’entendent pas, lorsqu’elles ne sont pas d’accord, ça peut vite vous prendre la tête. Mais alors quand ce sont 3 ; 5 ou 12 sous-personnalités qui s’engueulent à l’intérieur de votre crâne, là, c’est carrément le tsunami cérébral dans votre cerveau. Et là c’est sûr, vous n’allez pas vous sentir serein si vous ne savez pas comment vous y prendre pour gérer tout ça. Et tout ça justement, ce n’est franchement pas cool à vivre. C’est même carrément désagréable.

Votre vie ressemble-t-elle à un pays en guerre ?

Parfois (ou trop souvent) vous savez l’impression que dans votre tête c’est comme ces réunions de boulot où, face à un problème, tout le monde parle en même temps et où personne n’écoute personne.

Parfois, c’est celui qui gueule plus fort que les autres qui arrive à prendre le dessus sans pour autant convaincre ceux qui ne sont pas d’accord d’adhérer à une solution qui est loin d’être idéale pour tous.

Conséquence : à plus ou moins long terme, ça va forcément foirer à un nomment. C’est à ça que ressemble votre vie ?

Parfois, ça m’arrive encore (mais de moins en moins). J’ai appris à écouter une à une toutes les pensées qui me traverses avant de prendre une décision. C’est comme si chaque pensée était une part de moi-même et avait sa personnalité propre, son point de vue sur chaque chose et sa solution à apporter face à un problème. Mais si personne écoute les autres, c’est là que ça devient le bordel. C’est un peu comme dans un village gaulois bien connu : 

Vivez-vous des relations compliquées avec les autres ?

Si vous vivez des relations conflictuelles, tendues ou nouées avec les autres ou une autre personne, c’est que souvent, vous vivez un conflit à l’intérieur de vous.

Vous n’en êtes pas forcément conscient, mais en vous des idées et des pensées complètement contradictoires se bousculent.

Et ces frictions intérieures ne peuvent que se refléter et avoir des répercussions négatives dans vos relations aux autres.

Vivre en paix avec soi-même, c’est commencer à vivre en paix avec les autres.

Mais comment on fait ? Je vous le dis tout de suite.

Pas besoin de s’asseoir en tailleur pour vivre en paix avec soi-même.

Là, le truc, c’est déjà d’écouter chacune de vos petites voix intérieures. Rien que d’écouter ce qui se passe en vous est apaisant. Et pas besoin de s’asseoir en tailleur et de méditer pour y arriver. Ça peut se faire en conduisant, en marchant, en sciant du bois ou en amenant vos enfants à l’école.

Ouais, écoutez juste vos pensées sans chercher à prendre une décision ni à entreprendre la moindre action dans un premier temps.

Écoutez simplement ce qui se dit en vous pour commencer à trouver la sérénité.

Au centre de vous-même se trouve la paix.

Quelque part en vous, au centre de votre être, se trouve un espace où tout est amour, paix et sérénité.

Cet espace en vous porte plusieurs noms :

  • Isabelle Padovani parle d’arrière-plan
  • Pascal Hastir dans la focusing de la relation intérieure parle de la Présence.
  • Richard Schwartz dans internal fammily syteme parle du Self.
  • Hal et Sidra Stones dans le dialogue intérieur parlent d’Ego conscient.

Peu importe le nom que vous lui donnez (ou que les autres lui donnent), c’est la même chose : c’est cet espace de conscience où toutes les parts de soi, toutes les parts qui vous composent peuvent être simplement entendues.

Si en toi tu écoutes, la force de l’équilibre tu trouveras.

Yoda aurait pu le dire 😉

Si vous allez voir un psychologue, un thérapeute, un praticien en relation d’aide ou un coach relationnel, dans un premier temps, ce qui soulagera votre souffrance psychique, ce qui vous fera le plus grand bien, c’est simplement d’être écouté sans vous sentir jugé.

Lorsque quelqu’un vous écoute vraiment avec attention et empathie, vous vous sentez comme allégé de quelque chose qui était lourd en vous.

L’écoute empathique a vraiment ce pourvoir de vous soulager du poids de vos préoccupations.

Et grâce à l’auto-empathie, vous pouvez vous accorder ce cadeau en vous écoutant vous-même. Oui, et cette capacité de vous écouter vous-même, elle est déjà, là en vous.

Écouter avec compassion et empathie permet de vivre en paix avec soi-même… et les autres.

Écouter avec empathie, c’est entendre tout ce qui se dit sans juger, ni conseiller. C’est juste écouter en silence en étant simplement présent à ce qui se vit ici et maintenant.

Il n’y a pas de solution à trouver, ni à chercher à résoudre un problème. C’est simplement être là, comme une présence réconfortante qui ne ressent pas le besoin de dire quoi que ce soit.

Ce n’est pas forcément être d’accord, mais c’est reconnaître sans le disqualifier ni dévaloriser le sentiment qui se vit. C’est laisser passer avec toute l’intensité dont elle à besoin, l’émotion qui s’exprime dans l’instant.

Je vous propose un jeu : 

Écouter ce qui se dit en soi permet de vivre la paix et la sérénité.

Je vous propose, pour (presque) finir cet article, un outil ludique et pratique pour vous aider à mieux écouter ce qui se dit en vous. 

Dans un premier temps, allez dans la chambre de votre enfant pendant qu’il n’est pas là (ou ressortez du grenier le carton qui contient vos vieux jouets de quand vous étiez enfant).

Prenez différentes figurines et posez tout ça en face de vous : 

Asseyez-vous à même le sol ou sur un coussin et laissez défiler vos pensées.

Écoutez simplement ce qui se dit en vous par rapport a une situation qu vous préoccupe.

Et dès que vous entendez une voix intérieure ou une pensée qui vous traverse concernant ce que vous ressentez ou ce que vous devriez peut-être faire, eh bien vous prenez un jouet qui « incarnera » cela et vous le placer en face ou à côté de vous.

Recommencez ça aussi souvent que nécessaire durant votre séance (si ça vous paraît plus simple, vous pouvez même donner un nom comme colère, tristesse, désir de voyage,…).

Il se peut que votre critique intérieur intervienne pour vous dire que vous êtes ridicule. Incarnez aussi cette part de vous dans une figurine.

Et là… Il va se passer des choses.

Le sage de la sérénité intérieure, c’est vous.

Au milieu de ses figurines qui représentent des parts de vous, vous êtes comme le sage bienveillant de votre tribu intérieur. Vous écoutez chacune des parts de vous-même qui ont besoin de s’exprimer. Vous n’êtes pas là pour dire qui a raison ou qui a tort. Soyez dans le non-jugement et écoutez simplement ce qui se dit et ce qui se vit en vous.

Une fois que c’est fait, vous pouvez ensuite prendre un objet en main, seulement un à la fois, et exprimer à haute voix tout ce que cette part de vous a à dire. Et une fois que c’est fait, vous la reposez et vous passez à la suivante.

Ainsi, les sous-personnalités qui composent la personne que vous êtes peuvent, chacune à leur tour, s’exprimer. Le but n’est pas de trouver à tout prix une solution aux problèmes de chacune des parts de vous, mais en les écoutant et en les respectant ça favorise la paix en vous

Cessez de vouloir trouver une solution pour vivre en paix.

Le but n’est pas de trouver une solution, même si bien sûr ça apaiserait certaines parts de vous-même. Ecouter tout ce qui se dit en vous, y compris vos parts les plus sombres, est déjà un premier pas pour ne plus vous sentir en guerre à l’intérieur de vous.

La médiation des parts de soi se fera plus tard, dans un second temps.

Parfois, pour trouver la paix en soi, il est bon de se faire accompagner par quelqu’un d’autre.

Durant très longtemps j’ai été en conflit avec moi-même sans même en être conscient.

Aujourd’hui, je vis beaucoup plus sereinement. Et je remercie toutes les personnes, thérapeutes et praticiens, qui m’ont aidé à mieux me connaître pour vivre enfin en paix avec moi-même.

Ça n’a pas été un chemin facile, mais il a été passionnant et riche de découvertes de moi-même.

Aujourd’hui, à mon tour, je vous propose de vous accompagner sur ce chemin à la découverte de vous-même pour trouver la paix en vous.

Si vous voulez en savoir plus, contactez-moi directement par mail en cliquant ici.

Si vous voulez en savoir plus sur ce que je vous propose comme accompagnement individuel, il vous suffit de suivre ce lien.

Vivre en paix avec soi-même permet de vivre en paix avec les autres.

En vivant la paix à l’intérieur de vous vous serez aussi beaucoup plus serein dans vos relations aux autres. Et cette sérénité retrouvée vous apportera joie et bonheur dans votre vie.

En prenant le temps de vous écouter pour vivre en paix avec vous-même, ce n’est pas seulement à vous que vous apporterez du bien-être. Vous serez porteur de mieux-être pour votre famille, votre communauté et pour le monde entier.

Si vous avez aimé cet article, partager le sur facebook 😉

Je vous souhaite paix et sérénité au sein de vous-même le plus souvent et le plus longtemps possible.

Pour terminer cet article, j’ai à cœur de vous faire bénéficier d’une citation qui me touche particulièrement d’Isabelle Padovani :

« La paix de l’être découle de son unité intérieure. Cette unité ne peut s’obtenir par l’exclusion d’un seul de ses aspects, mais seulement par l’inclusion aimante de chacun d’entre eux… »

Tout est dit.

OSE ÊTRE TOI.

 Reçois chaque semaine la newsletter « Antidote » pour ne plus te laisser empoisonner la vie par des relations toxiques,

et surtout vivre une plus belle relation avec toi-même.

clique ici.

 
Pascal
 

Mon but, à travers ce blog, est de vous apporter l’équilibre relationnel. C’est quoi ? C’est l’art de vivre en paix avec soi-même pour vivre en paix avec les autres. Le principe est d’être pleinement authentique, c’est-à-dire être qui vous êtes vraiment, tout en respectant chacun (y compris vous-même). Mon intention est de vous aider à avoir une meilleure connaissance de qui vous êtes vraiment pour qu’enfin, vous puissiez vous sentir stable, solide et en paix à l’intérieur de vous. C’est cette paix intérieure qui vous donnera la liberté d’être vous-même, et c’est à partir de cette liberté d’être vous-même que vous développerez avec les autres des relations harmonieuses.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply:

shares

Ose être toi

 Reçois chaque semaine la newsletter « Antidote » pour ne plus te laisser empoisonner la vie par des relations toxiques,

et surtout vivre une plus belle relation avec toi-même.